Test World War Z – Il en arrive de partout !

Bons Points
  • Les hordes sont impressionnantes
  • De l'action constante
  • On peut améliorer notre équipement et les classes
  • Des infectés spéciaux
  • Une bonne rejouabilité...
Mauvais Points
  • ...mais quand même répétitif à la longue
  • Durée de vie un peu trop courte
  • Les graphismes ne sont pas terribles
  • Quelques bugs dans les modes PvP
7
Bon
Gameplay - 8.5
Graphismes - 6
B.O - 7.5
Durée de vie - 6

World War Z revient sur le devant de la scène, avec une adaptation en jeu vidéo réalisé par Saber Interactive. Un jeu qui rejoint ainsi la longue lignée des jeux de zombies et que l’on va maintenant tester pour voir ce qu’il a dans le bide.

Un tour du monde Zombiesque :

Ce World War Z ne nous propose pas une expérience standard, puisque le jeu se décompose en plusieurs épisodes à travers le globe. New York, Jérusalem, Moscou ou encore Tokyo. Chaque épisode dispose de sous-partie que l’on peut jouer jusqu’à 4 joueurs en coopératif ou PvPvE. C’est donc une progression un peu différente de d’habitude puisque le soft ne nous propose pas de scénario particulier avec une histoire à suivre. On peut jouer à n’importe quel épisode dans l’ordre que l’on veut, ça n’a pas vraiment d’importance.

C’est donc un système qui se rapproche de celui de Left 4 Dead, la licence de Valve, qui nous permettait elle aussi de jouer sous ce format de « mission ». Ce n’est pas déplaisant, mais de ce fait vous vous en doutez, il s’agit vraiment d’un jeu très centralisé sur l’action. L’action en coopération, car sans coéquipier il est difficile de concevoir de pouvoir survire (bien que ce ne soit pas impossible), c’est pourquoi le jeu s’oriente autant sur le multijoueur. Les développeurs ont quand même pensé à mettre un mode solo, qui propose radicalement la même expérience qu’en multijoueur, mais avec des collègues contrôlés par l’IA.

Une IA qui n’est pas franchement au top de sa forme comme c’est généralement le cas. Les coéquipiers sont assez longs à réagir et viennent régulièrement se coller à votre arme, ce qui leur inflige des dégâts (car le jeu gère le tir fratricide). Il sera donc toujours préférable de jouer avec d’autres joueurs bien réels dans les plus hauts niveaux de difficulté, même si en solo, ça se laisse jouer et l’action est toujours aussi prenante.

Ça chauffe par ici !

Et de l’action on peut dire qu’il y en a, car chaque mission est l’occasion de se mesurer aux infectés locaux qui arrivent sous forme de horde gigantesque. Ou pas d’ailleurs, car il y aussi des petits groupes de zombies qui arrivent de temps en temps, si on traine un peu lors de la réalisation d’un objectif.

L’action est vraiment omniprésente dans le jeu et une sorte de tension s’installe rapidement si l’on joue dans un niveau de difficulté élevé. Car oui, le jeu nous propose de sélectionner un mode de difficulté et chacun de ces modes apporte son petit lot de contraintes, qui renforcent le côté stressant du titre (par exemple en « très difficile », un coéquipier meurt après être tombé déjà une fois). L’ambiance est franchement pas mal et des infectés spéciaux viennent eux aussi corser un peu le truc. Avec notamment des Gazeux qui libèrent un gaz toxique lorsqu’ils meurent, des béliers qui foncent sur les joueurs et leur claque la tronche au sol jusqu’à ce qu’ils soient KO.

Il y a une assez grande diversité d’ennemis, et ces derniers collent plutôt bien avec la licence World War Z. Mais ce qui bien entendu, nous avait franchement attiré dans ce jeu, ce sont ces hordes de macchabés qui cherchent par tous les moyens à venir nous faire la peau. Dans le jeu elles sont assez impressionnantes, même si à la longue, on finit par s’y habituer d’autant qu’une énorme horde n’arrive qu’à certains endroits des différents niveaux. Il n’empêche qu’il vaut mieux préparer de bonnes défenses, contre ces hordes car il y a de nombreux zombies dans ces dernières et qu’il faut un certain temps avant d’en venir à bout. La réalisation de ces gros groupes est franchement sympathique, les morts arrivent de partout en courant, sous forme de groupe compact ce qui ne manque pas de faire son petit effet.

T’as vu ? C’est mon nouveau M15 

Apocalypse zombie oblige, il faut bien s’armer pour combattre les morts et les développeurs nous proposent de personnaliser un peu les armes et compétences de notre personnage. C’est via un système que l’on peut donc améliorer l’équipement et les caractéristiques des classes des différents personnages que l’on peut incarner dans le jeu.

Le concept est assez simple il faut faire évoluer le niveau d’un personnage pour débloquer des compétences et des améliorations d’armes. Puis récupérer des points, toujours en terminant un niveau pour ensuite pouvoir acheter ces améliorations et en profiter dans le jeu. C’est un moyen d’augmenter un peu la durée de vie du jeu. Car oui, la durée de vie du soft n’est pas particulièrement longue comme vous pouvez l’imaginer. Le titre se boucle en quelques heures bien tassées si l’on se contente de faire chaque mission dans un niveau de difficulté normal. Au total le jeu dispose de 11 missions que l’on réalise assez vite si on profite du soutien de quelques joueurs assez habiles. Vous l’aurez compris ce n’est pas franchement long à boucler et il faut donc essayer de pimenter un peu la difficulté pour pouvoir jouer davantage au titre.

Conclusion :

Malgré certaines critiques prématurées, ce World War Z n’est pas catastrophique, il s’agit d’un jeu proposant une bonne dose d’action et d’un excellent défouloir. On lui reproche juste sa faible durée de vie et que graphiquement ce n’est pas foufou non plus, les textures sont assez basiques et les décors franchement pas époustouflants. Mais comme le jeu nous balance régulièrement des vagues de zombies sur le coin de la tronche, on a rarement l’occasion de prendre une pause pour admirer le paysage. Ce World War Z n’est donc pas trop mal et est une bonne alternative pour des joueurs qui cherchent un jeu où l’on peut dégommer tout ce qui bouge.

Laisser une réponse

Ton adresse email ne sera pas publié. Les fichiers requis sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>