Test de Red Dead Redemption 2 sur PS4 – Ça cartonne dans l’Ouest

Sommaire
Ça fait maintenant une grosse semaine que nous avons Red Dead Redemption 2 entre les mains et il fallait au moins ça, avant que nous puissions donner notre avis sur le dernier titre de Rockstar Games. Un digne représentant de la licence qui ne va pas manquer de séduire les fans de Western.
Bons Points
  • Des graphismes à couper le souffle
  • Une aventure longue et pleine de rebondissements
  • Un monde gigantesque et totalement ouvert
  • La faune et la flore sont des plus réalistes
  • De nombreux endroits à explorer
  • Les gunfights sont d'un réalisme impressionnant
  • La personnalisation des armes
  • La possibilité d'interagir avec des PNJ
  • Les événements aléatoires sont bien foutus
Mauvais Points
  • Les systèmes sont un peu complexes à maîtriser au début
  • Se déplacer d'un point à un autre peu être particulièrement long
9
Génial
Gameplay - 8
Graphismes - 10
B.O - 9
Durée de vie - 9
Scénar' - 9

Petit résumé de Red Dead Redemption 2 :

Red Dead Redemption 2 nous place dans la peau d’un certain Arthur Morgan, qui est chargé d’un camp de bandits, dans une époque de Far West. La bande se nomme Van Der Linde, du nom de son créateur Dutch Van Der Linde qui a réussi à rassembler et à faire s’entendre des criminels aux profils bien différents. Notre cher Arthur est le bras droit de Dutch et doit tout faire pour assurer la survie des membres du gang et de faire en sorte qu’ils soient bien nourris et lotis. En somme, Arthur est un peu l’ange gardien du gang et va tout faire pour défendre ce qu’il considère, comme étant sa « famille ».

Et maintenant le test :

Un scénario pour le moins classique comme vous pouvez le constater, puisqu’on a déjà vu ça dans de nombreux films déjà. Cependant, à la différence des films en question, notre héros est loin de ne jamais remettre en cause sa « famille ». Au contraire, au fur et à mesure de l’aventure, notre personnage aura des avis mitigés sur différentes choses qui arrivent au sein du gang, ce qui ne manque pas de donner une dimension réaliste à l’histoire. Et c’est précisément sur ce point que Red Dead Redemption 2 nous a scotché, son réalisme.

On commence notre aventure les pieds dans la neige, dans une tempête violente, qui ne manque pas de nous en mettre plein la vue. L’effet du vent avec la neige, les traces de pas dans la neige qui se forment, la façon dont notre personnage se déplace sur ce terrain. Tous les éléments nous mettent une belle grosse gifle dès le coup d’envoi de notre épopée en plein Far West. Mais ce n’est qu’une fois sorti des montagnes enneigées qu’on mesure plus ou moins, toutes les possibilités offertes par le monde de Red Dead 2, et elles sont très vastes.

Le studio nous propose divers systèmes pour nous occuper dans son univers de Far West. Il y a de la chasse, des cambriolages, des braquages, de la pêche, des jeux de cartes etc… Les développeurs ont vraiment pensé à diverses choses pour tenter de nous immerger vraiment dans cette époque lointaine et sauvage. Et c’est franchement réussi, les paysages, les tenues des personnages, les armes tout y est, même la bande-son qui change en fonction des événements et qui vient parfaitement se coller aux situations. De plus les nombreuses interactions qu’il est possible d’avoir avec des PNJ totalement aléatoires sont très réussies. On a l’impression que le monde dans lequel nous évoluons est vivant et pas figé comme c’est le cas pour la plupart des jeux. Les personnages sont capables de réagir en fonction de nos actions et de notre façon de nous comporter avec ces derniers. Ce qui rajoute encore plus de réalisme au jeu, les interactions sont simples mais elles peuvent déboucher sur des affrontements ou au contraire, sur une discussion civilisée.

Les missions sont assez variées même si finalement, le but reste toujours de gagner la confiance de la population locale afin d’être protégé ou de gagner de l’argent. Généralement ce sont les deux buts visés par les quêtes principales de l’histoire. Cependant, elles nous réservent quand même de beaux spectacles, certaines proposent des braquages sacrément bien foutus qui nous offrent par exemple d’arrêter un train en pleine brousse histoire de détrousser quelques riches citoyens de leurs biens les plus précieux. Tout a été pensé pour nous plonger dans une atmosphère assez violente et impitoyable que l’on associe toujours à cette époque du Far West.

On note tout de même que certains systèmes sont très complexes et qu’ils sont très difficiles à maîtriser au départ. Notamment le système de faim et de sommeil que l’on n’a pas du tout l’habitude de voir dans un jeu Rockstar Games. Pour le coup notre personnage ne meurt pas s’il ne mange pas, cependant, sa vie ne se recharge que lorsque ce dernier à un « noyau » de santé à peu près plein. Sans ça, à la moindre balle il peut s’écrouler directement. Pareil pour le Dead Eye, un système qui permet de ralentir le temps afin de viser plusieurs cibles à des endroits voulus, qui ne se recharge que si on a dormi ou utilisé certains produits pour recharger la jauge. L’inventaire a lui aussi subit quelques modifications, pour le coup on ne peut embarquer que deux pistolets/revolvers et deux fusils. Ce qui paraît logique, mais il faut penser à le prendre sur notre monture avant de s’en éloigner. Sans quoi, les fusils restent dans la selle et notre personnage se retrouve avec deux armes de poing.

D’ailleurs, le cheval aussi nécessite, une attention toute particulière puisqu’il nous faut créer un lien avec l’animal pour qu’il obéisse à nos ordres, en le caressant, en le brossant et en le rassurant lorsqu’il est effrayé. Il n’entendra nos sifflements d’appel qu’à une certaine distance si le lien n’est pas assez fort et il prendra rapidement peur en cas de gunfight si le lien n’est pas terrible entre le cavalier et la monture. De plus l’énergie et la santé du cheval augmentent proportionnellement au lien créé entre le joueur et sa monture. Donc là encore, il faut prendre en compte les « noyaux » du cheval pour pouvoir mieux progresser dans cette aventure. Ça ne paraît rien dit comme ça, mais ce sont des systèmes qu’il faut comprendre et réussir à maîtriser assez rapidement pour profiter pleinement de toute l’aventure offerte par ce Red Dead Redemption 2.

Conclusion :

C’est presque un sans faute pour Rockstar Games et son Red Dead Redemption 2. Le jeu nous offre un univers très vaste et magnifique à découvrir sur nos consoles, parsemé d’événements aléatoires et de choses à découvrir en tous genres. Il propose une aventure très longue en combinant les quêtes secondaires/principales du jeu et nous offre en plus un monde qui paraît réellement vivant, ce qui est quand même un exploit pour un open world de cette envergure. Les graphismes sont à couper le souffle et la bande-son colle parfaitement aux situations et nous immerge en plein dans cette époque de Far West. Du très bon boulot, comme on pouvait s’y attendre.

Rédigé par
Rédac' chef de Gamersblog.

Laisser une réponse

Ton adresse email ne sera pas publié. Les fichiers requis sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>