Test Blair Witch sur PS4 – Promenons-nous dans les bois, pendant que la sorcière n’y est pas

Sommaire
Pour son nouveau jeu d'horreur, Bloober Team nous propose de nous rendre dans la forêt maudite de Black Hills aux commandes d'Ellis un ancien policier accompagné de Bullet, son fidèle compagnon. Pour aider la police à retrouver un enfant du nom de Peter qui a disparu mystérieusement. Sous fond d'hallucination et d'événements inexplicables, l'ancien policier doit se frayer un chemin jusqu'à Peter et rencontrer au passage, la sorcière de Blair.
Bons Points
  • Graphiquement ce n'est pas trop mal
  • L'aventure est originale
  • Stressant par moment...
  • Des fins alternatives
  • Une dimension psychologique inattendue
Mauvais Points
  • ... mais le jeu n'arrive pas vraiment à faire peur
  • Assez rapide à terminer
  • Une tension qui s'amenuise
  • Le chien est parfois pénible à suivre
7.2
Bon
Gameplay - 8
Graphismes - 7
B.O - 7
Durée de vie - 6
Scénar' - 8

La copie physique de Blair Witch sera disponible en cette fin de semaine et grâce à Koch Media nous avons pu poser nos petites mains dessus, bien avant sa sortie. De quoi vous proposer un petit test juste avant que cette édition physique du jeu n’arrive chez les revendeurs.



T’as pris les marshmallows ? :

Le film Blair Witch nous proposait de suivre un groupe d’étudiants qui souhaitait réaliser un reportage sur la prétendue sorcière qui hanterait une mystérieuse forêt. Le jeu quant à lui nous offre l’opportunité de prendre les commandes d’Ellis, un ancien policier au passé plus que trouble, afin d’aider les forces de police à retrouver un gosse nommé Peter. Ce dernier à mystérieusement disparu dans la forêt de Black Hill et il n’est pas le seul, loin de là même.

Ellis décide donc de partir à la recherche de l’enfant avec son fidèle compagnon à quatre pattes, Bullet. Sauf que bien entendu, les recherches ne vont pas se passer du tout comme prévu. Notre personnage va rapidement comprendre qu’il a mis les pieds dans un endroit qui est loin d’être celui qu’il paraît, c’est-à-dire qui n’est pas juste une forêt normale.

Une promenade d’enfer :

Bien entendu, si le jeu peut ressembler à une simulation de promenade dans les bois, ce ne sera pas vraiment le cas où alors, vous vous promenez habituellement dans des endroits extrêmement étranges. Notre brave Ellis va vite se rendre compte que des événements surnaturels se passent dans cette forêt et qu’il en est la principale cible. À mesure que l’on progresse dans le jeu, l’ambiance dans la forêt change radicalement et l’on se met rapidement à voir des événements inexplicables se produire.



La principale source de ces événements n’est autre qu’Ellis lui-même, puisque dans l’histoire il est la première victime de ces éléments. À cause de son passé qui le hante et qui se manifeste sous forme d’hallucinations diverses une fois qu’il est dans la forêt. Il doit néanmoins faire avec, pour tenter de retrouver l’enfant disparu et poursuivre son enquête. Car oui, il s’agit bien d’un jeu d’enquête et pas d’une sorte de simulation de survie dans laquelle le joueur doit parvenir à s’échapper de la forêt.

Là, pas de feu à construire ou d’abris à trouver, mais plutôt des documents et des énigmes à résoudre pour pouvoir poursuivre notre progression. À mesure que l’on découvre certains éléments, ces derniers nous donnent des renseignements sur plusieurs choses et notamment Ellis, ce qui permet de s’intéresser à la collecte des divers documents et même au personnage principal. S’intéresser à ce brave Ellis oui pourquoi pas, mais le problème avec ce personnage c’est qu’il reste très difficile de s’identifier à lui, pour de nombreuses raisons.

Ce qui met une certaine distance entre nous autre, les joueurs, et ce personnage que nous contrôlons dans le jeu et qui est complètement paumé, limite à la ramasse émotionnellement. Cela rend l’immersion un peu compliqué en incarnant ce héros et n’aide pas vraiment à se plonger comme il faut dans le jeu.

T’as entendu ? C’était quoi ce bruit ?

L’ambiance globale du jeu n’est pas mauvaise, déjà, on est dans la forêt isolé du reste du groupe de recherche qui est partie dans une autre zone de Black Hills. Ça n’aide pas à se sentir serein, là où ça devient encore plus inquiétant c’est que la nuit finit par tomber, rendant la progression de notre personnage encore plus angoissante, puisque ce dernier, doit s’éclairer avec une torche.

Entre les visions de notre héros, les bruits et voix qui se font entendre au fin fond du bois, on peut dire qu’il y a une certaine tension qui vient s’installer. Renforcé par les quelques créatures qui apparaissent de temps à autre. On note tout de même que la pression n’est pas insoutenable, pour plusieurs raisons à commencer par la présence du chien. Bien que ce dernier ne soit pas particulièrement réactif, il n’empêche qu’il se veut assez rassurant. Les appels entre la police et Ellis ou encore avec sa compagne casses aussi un peu le sentiment d’isolement total, ce qui a tendance à rassurer un peu. Bref, la tension n’est pas véritablement à son comble dans ce Blair Witch.

Le côté hallucination par contre est assez traumatisant finalement. C’est l’un des points qui fait l’originalité de ce jeu, puisque l’on ne sait pas vraiment si notre personnage n’a pas atterri dans une sorte de dimension parallèle ou s’il est complètement fou. Les objets changent de place, les pièces peuvent également se retrouver modifiées d’un seul coup lorsque l’on se retourne. Et certains autres personnages du jeu n’arrivent pas à voir ce brave Ellis alors qu’il est censé être au même endroit. Durant toute l’aventure, le jeu alterne entre ce qui serait réel et des hallucinations, le problème est de bien réussir à dissocier les deux.



Par ailleurs, en fonction de nos actions dans le jeu, le titre offrirait une fin plus ou moins différente. Cependant, il est difficile de savoir comment influer sur la fin du jeu, puisqu’il n’y a pas beaucoup d’action à entreprendre dans le jeu, mis à part des coups de téléphone à donner, détruire quelques totems ou encore interagir avec ce brave Bullet. Ce sont autant de choses à réaliser pour obtenir une fin plutôt qu’une autre, mais ça reste assez aléatoire. Le fait que le jeu offre plusieurs fins en revanche est une bonne idée qui offre une certaine rejouabilité, un point non négligeable surtout que la durée de vie du soft n’est pas très élevée (moins de dix heures).

Conclusion :

Le petit Blair Witch de Bloober Team a fait beaucoup parler de lui lors de son annonce sur Xbox One. On ne savait pas trop ce que cette adaptation allait nous proposer et le studio a plutôt bien réussi à nous surprendre en nous proposant de participer à une enquête assez malsaine et psychologique. Ce qui est dommage en revanche est que l’ambiance, bien que stressante n’arrive pas à nous faire sursauter, et la tension s’amenuise à mesure que l’on progresse dans le jeu. Le chien se veut rassurant, les communications entre les PNJ aussi et les créatures présentes dans le titre ne sont pas particulièrement terrorisantes. Le seul point qui reste assez traumatisant dans l’aventure, reste les hallucinations dont est victime Ellis et qui donnent un peu de fil à retordre dans la compréhension des événements.

Laisser une réponse

Ton adresse email ne sera pas publié. Les fichiers requis sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>