Comment ça fonctionne le Cloud Gaming ? – Décryptage

Dans ce dossier « Décryptage », nous allons aborder la technologie du Cloud Gaming et voir comment fonctionne cette dernière, qu’elles sont ses limites et ce qu’elle propose aux utilisateurs. Avec l’arrivée prochaine de Google ou encore de Microsoft sur ce marché, il est nécessaire de faire un point concernant cette nouvelle technologie, qui visiblement va se développer dans les prochaines années.

S’il y a quelques années maintenant, cette technologie était totalement impossible à concevoir, faute d’avoir une connexion internet suffisamment puissante, ce n’est désormais plus le cas. Et de nombreuses multinationales commencent à y voir une opportunité de proposer des jeux vidéo par l’intermédiaire d’un système d’application cloud, qui permet de jouer sans avoir besoin d’une console et sur n’importe quel support (smartphone, tablette, TV etc…). C’est notamment le cas de Google, mais aussi Microsoft, Amazon ou encore Sony qui investissent de plus en plus dans cette technologie du Cloud Gaming.

C’est quoi le Cloud Gaming et comment ça fonctionne ?

Le cloud gaming n’est pas une nouveauté particulièrement récente, puisque des firmes ont déjà essayé de le développer en 2010 (mais les connexions n’étaient pas assez puissantes pour le mettre en place). Depuis, certaines entreprises proposent déjà un service de ce genre, c’est notamment le cas de la firme Française Shadow, le PC dans le Cloud. Ou encore de Sony et de son PS Now qui nous permet de streamer des jeux sans forcément les télécharger auparavant sur PS4 et PC.

shadow cloud gaming france

Globalement, il s’agit d’une application qui utilise le cloud, pour nous permettre de jouer à des jeux vidéo, en passant uniquement par internet. L’application ne nécessite pas de consoles ou aucun appareil spécifique pour pouvoir fonctionner, si ce n’est une manette ou un clavier tout simplement. Quand on lance un jeu sur un ordinateur ou une console, c’est le matériel qui lit le programme (car oui, un jeu est un gros programme informatique) et nous le retransmet à l’écran, ce qui nous permet de jouer.

Le cloud gaming fonctionne quant à lui radicalement de la même façon, sauf que l’ordinateur est remplacé par un serveur dans un data center, qui lit le jeu et nous le retransmet en direct sur nos écrans via internet. Comme on a désormais l’habitude de le faire avec des films, via Netflix par exemple.

Pour les commandes, sur un ordinateur on tape sur notre clavier et le jeu exécute les mouvements demandés. Pour le cloud gaming, les touches utilisées sont transmises au serveur distant, en direct, toujours via internet. Il y a donc plusieurs liaisons qui sont effectuées entre l’utilisateur et le serveur. L’une qui lui transmet les images du jeu qu’il a demandé et une seconde qui reçoit les commandes, pour pouvoir les exécuter dans le jeu.

C’est autrement plus complexe que le simple streaming de vidéos, ou de films et séries sur une plateforme de VoD. Car vous imaginez bien que le serveur doit carburer à plein régime pour pouvoir faire ses deux actions, simultanément et y répondre immédiatement.

cloud gaming fonctionnement

Illustration du fonctionnement du cloud gaming, réalisée par Tencent

Les limites du Cloud Gaming 

Comme nous l’avons vu précédemment, le procédé est assez complexe à mettre en place, car il nécessite déjà pour l’utilisateur d’avoir une connexion internet suffisamment stable et puissante pour recevoir et envoyer des données à un serveur, très rapidement. Ce qui n’est pas le cas de tout le monde à l’heure actuelle. Pour en profiter il faut au minimum avoir une connexion en fibre optique (de 10 mbits/s) et habiter dans une grande ville.

En effet, la latence ne peut pas être gérée de la même façon que pour le streaming de films par exemple. Lorsque notre connexion baisse quand on regarde un film ou une vidéo sur internet, la qualité de la vidéo passe de 1080p à 720p par exemple. Ce qui réduit la qualité d’image, mais nous permet toujours de voir ce qui se passe à l’écran sans ralentissements. En revanche, pour un jeu ça ne peut pas fonctionner exactement de cette façon. La qualité d’image sera elle aussi impacté si la connexion baisse, mais pas seulement puisque la rapidité à laquelle les commandes sont envoyées au serveur sera elle aussi réduite. Ce qui va avoir un effet de latence, qui peut-être très gênant dans un jeu vidéo où l’on doit réagir assez vite généralement.

Un autre point à ne pas négliger est la compression d’images. En effet, quand on publie une vidéo sur Youtube, la plateforme compresse la qualité pour pouvoir la rendre compatible avec le web. Pour le cloud gaming c’est exactement le même concept. Ce qui veut dire que même en partant du principe que le jeu propose effectivement de la 4K, il ne pourra jamais vraiment être dans cette résolution sur nos écrans en utilisant le streaming.

Pour en finir avec les limites du cloud gaming, il faut savoir que le système consomme énormément de bande passante. On parle de streamer des jeux déjà certes, mais en plus, qui peuvent tourner jusqu’à 60 images par seconde. Ce qui devrait consommer pas loin de 16 Go de données en 4K et 60 Fps pour une heure de jeu seulement. En France ce n’est pas très grave dans le sens où nous n’avons (normalement du moins) pas de réduction de bande passante si l’on dépasse un certain nombre de données consommées dans le mois. Néanmoins, Outre-Atlantique c’est une autre histoire. Sachant cela, il est également difficile de concevoir une utilisation du cloud gaming, sur son smartphone sans être connecté à la Wifi.

Les avantages de cette technologie

Si nous venons de voir ses limites, il n’empêche que le cloud gaming propose quand même quelques avantages assez sympathiques. Le premier est que si l’on est souvent en déplacement, on pourra jouer à des jeux récents par l’intermédiaire de nos téléphones, tablettes, Mac etc… Seulement en nous connectant à une application de Cloud.

De plus, un abonnement à un service de cloud gaming peut être intéressant, si nous ne voulons pas investir dans une configuration Gamer, pour un ordinateur (qui généralement avoisine les 1500 à 2000€). Un abonnement permet d’avoir accès aux derniers composants gaming, disponibles sur le marché. Car les fournisseurs mettent à jour leur installation avec les dernières nouveautés, sans augmenter le coût de l’abonnement pour les utilisateurs. À côté de ça, il faut bien prendre en compte que la machine qui sert à faire fonctionner les jeux, ne nous appartiendra jamais évidemment.

Le dernier point avantageux du système, reste le fait que nous n’avons pas besoin de télécharger les jeux. Il suffit de lancer le cloud, de sélectionner un jeu et d’y jouer sans attendre. Pareil concernant les mises à jour, il n’y en a pas à télécharger puisque ce sont les fournisseurs qui se chargent de mettre à jour les jeux sur leurs machines.

Un avenir nuageux 

Il va de soi que comme cette technologie commence simplement à se développer, elle ne sera sans doute pas très au point avant plusieurs années. Cependant, les firmes semblent toutes s’orienter vers du digital et penser qu’il s’agit de l’avenir surtout dans le domaine du jeu vidéo. Ce qui laisse penser qu’il y aura toujours davantage d’investissement technologique et financier de leurs parts, pour tenter de proposer toujours plus de services liés à ce système.

Parmi les prochains arrivant sur le marché on note, Google évidemment avec son Stadia. Le service nous proposera deux offres, l’une gratuite et proposant simplement de pouvoir acheter des jeux sur le magasin dédié pour ensuite pouvoir y jouer dans le cloud. Et un second abonnement à 9,99€, qui offrira des jeux gratuits chaque mois en plus de proposer de la 4K et 60 Fps. Google Stadia débarquera en France dès le mois de novembre 2019 et propose d’ailleurs de faire l’acquisition d’une manette dédiée à l’utilisation de ce service de Cloud.

Google Stadia sortie prix jeux

Ensuite c’est Microsoft et son projet xCloud qui devrait débarquer dans un avenir assez proche. Peut-être pour 2020, nous ne savons pas encore. Ce que l’on sait c’est que le constructeur prévoit de proposer un énorme catalogue de jeux, avec des jeux de Xbox, Xbox 360 et Xbox One. Et qu’il a plusieurs data center à travers le monde, ce qui permettra aux joueurs à l’extérieur des États-Unis d’en profiter assez rapidement durant son lancement. Nous ne savons pas encore exactement comment fonctionnera l’infrastructure de Microsoft, cependant, des éditeurs testent déjà leurs jeux pour les inclure à ce projet, avec notamment Capcom et Paradox.

xcloud jeux sortie dossier

Laisser une réponse

Ton adresse email ne sera pas publié. Les fichiers requis sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>